Semaine de l’Afrique 2018: le journalisme d’investigation en Afrique et en Europe

Conférence-débat « Le journalisme d’investigation en Afrique et en Europe: la lutte contre la corruption et l’évasion fiscale », le 5 novembre 2018 à l’ULB, au bâtiment S, à 19h30 dans le cadre de la semaine de l’Afrique (ULB coopération, Afric@ulb, groupe S&D au Parlement européen)

Pour plus d’informations

Inscriptions

Date: 5 Novembre 2018
Heure: 19h30
Adresse: ULB, Campus du Solbosch – Bâtiment « S »

« Luxleaks », « SwissLeaks », « Panama Papers », « Bahamas Leaks », « Paradise Papers ».

Autant d’enquêtes journalistiques qui ont révélé au grand jour les dérives de la globalisation financière incarnées par l’évasion et l’optimisation fiscale, et qui associées aux multiples formes de corruption pratiquées dans le monde, créent des obstacles majeurs à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) souscris par les États Membres des Nations-Unies.

L’Europe et l’Afrique n’échappent pas à ces fléaux. Selon les estimations, chaque année entre 34 et 68 milliards d’euros de taxes échappent au continent africain. À l’échelle des 28 États membres de l’UE, ce sont environ 1.000 milliards d’euros qui sont perdus en moyenne chaque année en raison de l’évasion et de la fraude fiscales. À cela s’ajoutent de vastes systèmes de corruption qui en Afrique représentent 25% des pertes de ressources liées au développement du continent et qui impactent de manière dramatique sur la vie de millions de citoyens. De même, si la plupart des États Membres de l’UE comptent parmi les moins corrompus au monde, dans certains pays comme la Grèce, la Roumanie, Malte ou la Bulgarie, la situation reste inquiétante. Aussi bien en Afrique qu’en Europe, ce sont des milliards d’euros qui pourraient être utilisés pour investir dans les emplois, les services sociaux ou la transition écologique. De nombreux journalistes européens et africains, avec l’appui de la société civile, n’hésitent pas à dénoncer ces pratiques, parfois au dépend de leur propre vie. Mais quel sont les défis concrets auxquels ces journalistes sont confrontés au cours de leurs enquêtes ? Quels liens ces enquêtes révèlent-elles entre l’Europe et l’Afrique ? Quid de leur impact dans la lutte contre la corruption et l’évasion fiscale sur les deux continents ? Et enfin, quelles ont été les réponses apportées par les institutions européennes et africaines suite aux publications des « Panama Papers » et autres pour mettre fin à ces pratiques illicites ?

Avec:

  • Maxime Domegni, journaliste d’investigation (Togo)
  • Will Fitzgibbon, Chef du bureau Afrique de Consortium international des journalistes d’investigation, ICIJ (USA)
  • Antonio Gambini, chercheur et expert en justice fiscale auprès de CNCD 11.11.11 (Belgique)
  • Ana Gomes, Vice-Présidente de la Commission spéciale sur la criminalité financière, la fraude fiscale et l’évasion fiscale au Parlement européen
  • Rafael Marques de Morais, journaliste d’investigation et Directeur de Maka Angola
  • Modératrice : Marie Arena, coordinatrice du Groupe S&D auprès de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *